18 décembre : les EGM interpellent Emmanuel Macron dans une lettre ouverte

Dans une lettre ouverte envoyée le lundi 14 décembre au Président de la République et au Ministre de l’Intérieur, les États Généraux des Migrations dénoncent la politique migratoire actuelle de la France. Ils condamnent la répression extrêmement violente que subissent les personnes exilées, et mettent en avant l’action de dizaines de milliers de personnes qui œuvrent chaque jour pour l’accueil, la solidarité et la défense des droits des personnes étrangères.

Les Assemblées locales des États Généraux des Migrations sont invitées à lire cette lettre ouverte lors des mobilisations qu’elles organisent dans leurs territoires, et à la transmettre à la Préfecture de leur département. Un communiqué de presse a également été diffusé à la presse nationale, et une version adaptable est disponible pour un relai auprès des journalistes locaux.

Comment utiliser cette lettre ?

Pour inciter les pouvoirs publics à répondre à cette lettre, nous vous proposons de :

  • lire cette lettre à l’occasion des rassemblements organisés dans le cadre de la Journée internationale des migrants, vendredi 18 décembre 2020
  • envoyer un exemplaire de cette lettre à votre Préfet/Préfète et au Président de la République (Palais de l’Elysée, 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris)
    Pour cela vous trouverez, ci-dessous, un exemplaire de la lettre sur lequel vous pouvez ajouter le destinataire et votre signature.

Pour mobiliser les médias régionaux et locaux, vous pouvez envoyer le communiqué de presse à vos contacts journalistes. Vous trouverez ci-joint une version personnalisable du communiqué de presse.

Découvrez ci-dessous le contenu de la lettre ouverte :

Paris, 14 décembre 2020

Monsieur le Président de la République,

Nous vous écrivons à l’occasion de la Journée internationale des Migrants, instituée par les Nations unies le 18 décembre.

La troisième session nationale des États Généraux des Migrations vient de se terminer. Au cœur de nos débats et de nos solutions de terrain : la liberté, l’égalité et la solidarité ; au centre de nos préoccupations : le respect des droits fondamentaux et de la dignité pour toutes et tous. Notre proposition : l’accueil, la régularisation pérenne et inconditionnelle des personnes étrangères et l’égalité des droits.

Au même moment, les forces de l’ordre, sous le commandement du Préfet de police de Paris, réprimaient violemment à Saint-Denis et à Paris des êtres humains démunis, au nom de l’État français. Et depuis le début de votre mandat, vous avez choisi, par délégation au ministre de l’Intérieur, de démanteler des camps, de laisser à la rue des hommes, des femmes et des enfants, de les priver de nourriture, de logement, d’éducation et de leur interdire de travailler. Votre politique marginalise des êtres humains en les obligeant à vivre dans l’illégalité et la précarité. Votre seule proposition : la répression extrêmement violente, la déshumanisation et l’humiliation des personnes exilées, le déni.

Nous vous rappelons qu’il y a trois ans, 470 organisations vous avaient interpellé pour que vous convoquiez des États Généraux des Migrations. Vous aviez expliqué que cela n’était pas nécessaire. Vous avez ignoré cette sollicitation de la société civile, comme vous avez ignoré plus récemment, la marche de sans papiers d’octobre 2020.

Que vous le vouliez ou non, les États Généraux des Migrations existent ! Leurs membres agissent au jour le jour en solidarité avec les personnes étrangères. Les EGM représentent plusieurs centaines de collectifs, d’associations, de structures et d’ONG partout en France. Ils représentent la France qui accueille. Ils représentent la France qui lutte contre la répression et l’injustice.

Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus nombreux et nous sommes en colère. En conséquence, les EGM s’associent à la saisine faite par un de ses membres actifs, de la Défenseure des Droits et du Rapporteur spécial de l’ONU sur les droits de l’homme des migrants, à la suite des événements qui se sont déroulés à Paris, le 23 novembre dernier.
Également, les EGM soutiendront, partout en France, l’acte 4 de la Marche des Solidarités qui aura lieu le 18 décembre.

Nous vous demandons instamment d’observer ce que celles et ceux qui choisissent la justice et la dignité sont capables de faire. Nous vous demandons de nous écouter, de défendre et de construire avec nous la paix sociale.
L’humanité de demain se construit avec l’accueil d’aujourd’hui.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre colère citoyenne et de notre très haute considération,

Les membres du Groupe de Facilitation des États Généraux des Migrations :
Assemblée locale (AL) de l’Aisne, AL du Calvados, AL de la Drôme-Ardèche-Vaucluse, AL de Franche-Comté Sud, AL de Gironde, AL de Haute-Garonne, AL du Rhône, AL de Montpellier, CCFD- Terre Solidaire, CRID, Emmaüs France, FASTI, Gisti, Ligue des droits de l’Homme, Sud Solidaires et Tous Migrants.

Copie : Monsieur le ministre de l’Intérieur, M. Gérald Darmanin.