#Régularisation : accompagnez la Convergence des appels dans l’interpellation des parlementaires

Après des manifestations massives des 30 mai et 20 juin derniers partout sur le territoire français, les organisations et collectifs impliqué·es dans la Convergence des appels pour la régularisation pérenne et inconditionnelle de toutes les personnes sans-papiers, dont les États Généraux des Migrations, se mobilisent conjointement, ce mercredi 1er juillet, autour d’un argumentaire détaillé à l’attention des parlementaires.
Pour renforcer cette action, les militant·es se retrouvant dans cette campagne collective sont invité·es à s’emparer de l’argumentaire et à solliciter leurs député·es et sénateur·rices pour des rendez-vous. L’objectif : que nos messages soient portés et défendus dans les hémicycles.

Un argumentaire :

"Régularisation inconditionnelle et pérenne de toutes les personnes sans-papiers : dans l’intérêt général et pour l’égalité des droits" : la Convergence des appels porte d’une voix commune la régularisation de toutes les personnes sans papiers et la fin des situations administratives précaires comme un impératif d’égalité et une mesure d’intérêt général.

Argumentaire à l’attention des parlementaires

Un mail introductif :

Le message ci-dessous accompagnait l’argumentaire, envoyé par mail à l’ensemble des parlementaires le mercredi 1er juillet. Dans ce message, les parlementaires sont informés d’une prochaine prise de contact, par les militant·es de leur circonscription, pour l’organisation de rencontres ou de rendez-vous.

Objet : Régularisation pérenne et inconditionnelle de toutes les personnes sans-papiers

Mesdames et Messieurs les député·es,
Mesdames et Messieurs les sénateur·rices,

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière la situation dramatique dans laquelle vivent, sur notre territoire, les personnes sans-papiers et celles dont la situation administrative est instable et précaire.

Les journées de mobilisation des 30 mai et 20 juin dernier, qui ont rassemblé des milliers de manifestant·es dans les rues de notre pays, dont de nombreuses personnes sans-papiers, ont montré l’urgence de la situation et l’importance d’un changement rapide. Derrière les premier·es concerné·es, de nombreux collectifs d’exilé·es et de soutiens, associations, organisations politiques et syndicales, collectivités territoriales et élu·es ont pris position, à travers de multiples appels, pétitions et tribunes pour une régularisation pérenne, immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes sans-papiers. Depuis le 30 mai dernier, une Convergence est née, qui porte désormais d’une voix commune cet impératif d’égalité. Nous représentons, grâce aux multiples signatures qu’ont rassemblé nos appels, des milliers d’individus et des centaines d’organisations.*

C’est dans le cadre de cette campagne collective que nous décidons aujourd’hui de vous faire part de nos réflexions, que vous trouverez détaillées dans le document ci-joint.

Nous vous appelons, en tant que représentant·es élu·es, à porter avec nous ces demandes au sein des hémicycles, à les défendre et les traduire en termes législatifs : dans l’intérêt de toutes et tous et dans une perspective d’égalité des droits, il est essentiel que les personnes aujourd’hui sans-papiers ou en situation administrative précaire soient reconnues et bénéficient d’un statut équivalent à celui de tou·tes les citoyen·nes de notre pays.

Des représentant·es de notre dynamique dans votre circonscription prendront rapidement contact avec vous pour vous proposer un rendez-vous autour de ce document diffusé dans nos réseaux, afin d’échanger, si vous le souhaitez, de manière plus approfondie sur ces sujets.

Nous vous remercions par avance pour l’attention que vous porterez à nos demandes et vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de notre sincère considération.

La Convergence des appels
Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants (ANVITA), Collectif InterSquats Exilé·es Lyon et Environs (CIELE), États Généraux des Migrations (EGM), Inter-orgas de Rennes, Marche des Solidarités, Modus Operandi et Réseau Universités Sans Frontières 38 (RUSF38)

* Voici le détail de nos appels :
- Anvita : Appel signé par 92 élu·es et 9 représentant·es de partis politiques, 12 collectivités locales, 24 organisations et 40 personnalités
- Modus Operandi et RUSF 38 : Tribune signée par environ 200 organisations et 300 personnes, et pétition en ligne signée par 537 personnes
- Marche des Solidarités : Appel signé par 210 organisations
- États Généraux des Migrations (EGM) : Lettre ouverte au président de la République ayant rassemblé 387 organisations signataires
- Collectif InterSquats Exilé.e.s Lyon et Environs : Lettre ouverte au président de la République signée par 210 personnalités et 93 organisations, et pétition ayant récolté plus de 8000 signatures
- Inter-orgas de Rennes : Plusieurs appels vidéo disponibles sur la page Facebook du Groupe Logement du 14 octobre.


A votre tour ! Prenez rendez-vous avec les parlementaires de votre circonscription

Afin de renforcer cette action d’interpellation, les organisations impliquées dans la Convergence des appels proposent à leurs militant·es de solliciter les parlementaires de leur circonscription pour organiser des rendez-vous, et échanger sur les réflexions et propositions formulées dans l’argumentaire.

  1. Retrouvez ici la liste des parlementaires et leurs coordonnées. Ce document est aussi un document de suivi.
  2. En faisant référence à l’initiative de la Convergence, proposez un rendez-vous aux député·es et sénateur·rices de votre circonscription.
  3. Lorsque vous obtenez un rendez-vous, précisez le dans les dernières colonnes du tableau de suivi  : cela permettra de coordonner ces rencontres et de parler d’une seule voix.
  4. En page 2 et en page 4 de ce tableau, sont identifiés les parlementaires les plus susceptibles d’être sensibles à nos messages et de nous soutenir  : ce sont les parlementaires pour lesquels nous pensons qu’il est très important que des rencontres soient organisées. Renforçons les sollicitations !
  5. N’hésitez pas à nous tenir informés des suites données à vos échanges avec les parlementaires !